fbpx

Situé dans un site enchanteur sur le versant sud au pied de la croix du mont Rougemont, le Domaine Cartier-Potelle, fondé par Jean-Pierre Potelle, David et Josée Cartier, a su faire ses marques avec la production de cidres de grande qualité issus de la culture de plus de 15 000 pommiers. Rencontre avec l’une des instigatrices de ce projet ambitieux : Josée Cartier !

RENCONTRE AVEC JOSÉE CARTIER

Q : Pourquoi avoir choisi de devenir producteurs de cidre?

Q : En fait, c’est arrivé un peu par hasard dans nos vies! Auparavant, j’étais comptable agréé et Jean-Pierre était dans l’informatique. Un jour, avec mon frère David, nous nous sommes mis à rêver d’acquérir une terre pour y produire des produits alcoolisés à notre retraite. Une opportunité s’est présentée et le projet s’est concrétisé très vite; l’idée est arrivée en avril 2011 et en octobre 2011, nous étions tous les trois propriétaires d’un verger à Rougemont! On a tout lâché pour se donner à ce projet. Pour y arriver, Jean-Pierre a d’abord passé deux mois avec Réjean Alix (l’ancien propriétaire du verger) pour tout apprendre sur la culture de la pomme et même devenir responsable au quotidien de la production et de la gestion du verger jusqu’à ce nous acquérions officiellement les lieux. Le Domaine Cartier-Potelle est donc né en octobre 2011 avec la construction de notre cidrerie et c’est à ce moment que l’élaboration de nos premiers cidres a commencé.

Q : Comment vous définissez-vous en tant que cidrerie?

R : Alors que beaucoup de producteurs se sont lancés dans le prêt-à-boire au cours des dernières années, de notre côté, on a plutôt gardé le cap sur la production de cidre de glace d’indication géographique protégée et des produits plus classiques, campés dans la tradition. Je dirais donc que nous sommes plus traditionnels au niveau de nos produits, mais définitivement innovateurs au niveau de notre commercialisation et de nos expériences clients. La mission que nous nous sommes fixée est de faire vivre l’agrotourisme expérientiel sous toutes ses couleurs ; éveiller les papilles, transmettre notre savoir-faire et le faire découvrir par la finesse de nos produits. De plus, on s’est vraiment donné comme objectif de maintenir la qualité et un standard haut de gamme de nos produits et c’est ce qui nous distingue, à mon avis, des autres cidreries.

«Nous sommes traditionnels au niveau de nos produits et innovateurs au niveau de nos expériences clients.»

Q : Lequel de vos cidres te procure le plus de fierté / ton cidre chouchou?

R : Notre cidre apéritif Fortifié; un mariage parfait entre notre cidre de glace Réserve du domaine élaboré à partir d’une sélection de pommes récoltées à l’automne et exposées au froid hivernal et une eau-de-vie de pommes. L’assemblage est élevé en fût de chêne français pendant plus de 24 mois. Ça goûte le ciel!

Q : Te souviens-tu du premier cidre que tu as goûté ou celui qui t’a fait tomber en amour avec le cidre?

R : Quand on a décidé d’aller de l’avant avec le projet, on avait vraiment en tête de produire du cidre de glace. On a donc fait le tour de toutes les cidreries au Québec qui en produisaient et, sans surprise, ce sont les cidres de glace qui m’ont vraiment fait tomber en amour avec le cidre. À ce moment-là je me rappelle avoir eu un coup de cœur pour le cidre de glace Neige de La Face cachée de la pomme et celui du Domaine Pinnacle. Ceci dit, je parle vraiment pour moi, car Jean-Pierre et mon frère David, eux, sont plus friands de cidres secs et mousseux!

Q : Un producteur qui t’inspire?

R : Ils sont tous inspirants; chacun a ses forces! Mais s’il faut en nommer un, je dirais que Michel Jodoin, avec qui nous avons travaillé à nos débuts pour l’élaboration de notre cidre effervescent en méthode traditionnelle, nous a beaucoup inspirés avec son savoir-faire! J’admire également beaucoup Marc-Antoine Lasnier de la Cidrerie Milton pour toutes sortes de raisons. D’une part, parce qu’en tant que président des Producteurs de cidre du Québec, il est très près de ses membres, et je l’admire aussi en tant qu’individu, car malgré le fait qu’il soit issu d’une famille de producteurs dont la pratique s’est transmise de père en fils, il adopte une approche très novatrice, notamment par ses recherches autour de la pomme à cidre et tout le travail qu’il fait pour la développer au Québec. C’est tellement inspirant pour notre industrie!

Q : Ta pomme à cidre préférée?

R : Notre verger est composé essentiellement de pommes à croquer, je ne connais donc pas beaucoup les variétés de pommes dites « à cidre ». Ceci dit, nous sommes chanceux d’une certaine façon, car on y trouve principalement des variétés tardives et c’est exactement ce dont nous avons  besoin pour produire nos cidres de glace! Surprenamment, je dirais donc que la MacIntosh demeure ma pomme à cidre préférée, car elle est pourvue d’une grande acidité et d’une belle fraîcheur qui viennent équilibrer le sucre et c’est exactement ce dont nous avons besoin pour l’élaboration du cidre de glace!

Q : De nouveaux projets et produits à venir à la cidrerie?

R : Je n’ai pas le droit d’en parler. Ha! Ha! Ha! Jean-Pierre fait actuellement des tests sur un nouveau produit… Ce que je peux vous dire par contre, c’est que nous ne sommes pas dans le registre du cidre de glace cette fois. C’est plutôt sec, mais je ne vous en dirai pas plus! 😉

Q : Ta vision du cidre au Québec... dans 5 ans?

R : Quand on a commencé, les gens étaient encore réticents à découvrir le cidre, mais on remarque que c’est tout le contraire aujourd’hui. La nouvelle génération n’a aucun préjugé et adopte le cidre avec plaisir! C’est sûr que du côté du cidre de glace, on observe une diminution des achats comparativement à l’engouement actuel pour les prêts à boire et les cidres plus fermiers. Je pense que c’est un peu ça l’avenir du cidre au Québec et ce n’est pas dit, d’ailleurs, qu’on ne prendra pas cette direction éventuellement. Nous allons toujours maintenir notre production de cidre de glace, mais on va assurément développer des cidres plus «funky» qui plairont davantage à la jeunesse de demain. Il y a sans doute des joueurs qui vont se retirer du cidre de glace, mais pour nous le cidre de glace aura toujours sa place, surtout avec l’appellation Cidre de glace indication géographique protégée qui va contribuer à assurer la qualité des cidres de glace produits au Québec et nous permettre de continuer à rayonner avec ce produit exclusif bien de chez nous, ici comme ailleurs dans le monde.

Entrevue éclair :

Q : Quand préfères-tu boire ton cidre? Matin, midi ou soir?

R : Le soir!

Q : Ton type de cidre préféré:

R : Le cidre de glace! C’est tellement festif! Et quand je dis festif, ça peut être tous les jours; il n’y a pas de mauvaise occasion pour s’ouvrir une bonne bouteille. Pour ma part, j’aime l’accompagner d’un petit chocolat noir et d’un bon fromage… ça termine si bien mes repas!

Q : Ton cocktail à base de cidre préféré:

R : Un cidre effervescent avec un petit peu de liqueur d’amandes Amaretto. C’est super bon!

Q : Ton moment préféré de l’année:

R : Le printemps; quand nos pommiers sont en fleurs et que nos produits sont prêts à sortir sur les tablettes!

* Le contenu de cette entrevue a été édité pour en faciliter la lecture.

DOMAINE CARTIER-POTELLE

277, rang de la Montagne
Rougemont
J0L 1M0

Site Internet | Page Facebook | Instagram 

À découvrir sur place : cidre de glace, cidre effervescent, cidre fortifié